RIC : une fausse bonne idée

Cahier de doléances, enquête d’utilité publique, expériences autogestionnaires ou participatives, grand débat ?

La mutation douloureuse et inévitable de la société impose de capter les demandes des citoyens,des salariés et des indépendants.

Les demandes sont multiples, parfois incompatibles ( baisser les impôts, augmenter les aides sociales ou préserver la planète et baisser le prix du gas oil).

Les français sont antillais, basques, ch’timis, provençaux…, d’origine auvergnate, sénégalaise, italienne, Algérienne, sans religion, chrétiens , juifs, musulmans. Le civisme d’un peuple qui se sent spontanément communauté responsable les uns des autres n’est pas inné chez nous.

La France c’est d’abord de la parole qui circule pour dénouer du conflit. Faire débat, faire de la politique, c’est chercher le point d’équilibre qui permette de vivre ensemble.

Il faut sortir de l’illusion des solutions simples et idéologiques ( le RIC) car des choix complexes en matière d’environnement, de politique sociale, de culture, d’éducation ne peuvent se trancher dans le rêve d’une décision du peuple qui s’auto administre par une réponse oui ou non.